Journée d’étude : Fragmentation(s) des textes anciens

Paris, 1er juin 2024

Organisatrices : Marie de Toledo et Federica Mancuso

Issue du terme fragmentum, ayant au départ le sens strictement matériel de « pièce cassée », « morceau », « reste », la notion de fragment dans les sciences de l’Antiquité dépasse la signification originelle du terme pour comprendre un ensemble de phénomènes hétérogènes : ainsi, par le mot « fragment », on peut désigner le résultat des accidents physiques qui peuvent affecter des supports d’écriture divers en amenant à la réduction et à la mutilation d’un texte, mais aussi le fruit d’une sélection délibérée de passages d’auteurs insérés dans des anthologies et des recueils variés, ainsi que tous les textes qui ont survécu grâce aux citations, aux paraphrases et aux allusions contenues dans d’autres œuvres.
L’intérêt pour la notion de fragment ne concerne pas exclusivement les questions d’ecdotique des textes à proprement parler fragmentaires : en effet, la vivacité des travaux récents consacrés au fragment s’est traduite par de nombreuses propositions théoriques qui ont permis de mieux définir les acceptions de ce concept, et de mettre au jour le caractère fragmentaire de toute la littérature antique.
Cette manifestation scientifique a pour objectif de mener une réflexion sur l’épistémologie du fragment et sur les différents processus qui président à la fragmentation des textes anciens, tant du point de vue diachronique que synchronique : quels phénomènes volontaires et involontaires sont à l’origine de la fragmentation des textes de l’Antiquité ? Comment la nature des sources (directes ou indirectes) influence-t-elle les possibilités de reconstruction et de réunification des textes fragmentaires ? Par quelles méthodes peut-on restituer un texte qui a été morcelé en plusieurs citations, décontextualisé et réinterprété par des auteurs postérieurs ? En quoi l’application de ces méthodes permet-elle d’apporter un éclairage supplémentaire non seulement aux œuvres dites « fragmentaires », mais aussi à tous les autres textes de l’Antiquité ?

Programme

8h45-9h – Accueil des participantes et participants
9h-9h20 – Introduction générale

Première session – Textes et objets fragmentés

Président de session : Victor Gysembergh

9h20-10hFrancesco Loconte, « Un cas incertain de réunification de fragments de papyrus : P.Oxy. 4033 et P.Oxy. 4034 »
10h-10h40 Paul Greco, « De Scylax à Athénée : errances de l’épine kynara »

10h40-11h – Pause

Deuxième session – Méthodes de fragmentation et enjeux de reconstruction

Président de session : Alessandro Garcea

11h-11h40Angeliki Boikou, « Les erotopaegnia de Laevius : reconstruire l’histoire d’un recueil perdu »
11h40-12h20Guillaume Bavant, « Les citations du médecin Antylle chez Stobée (Anthologie IV, XXXVII, 15-18 et 27-30) : un témoignage décisif pour la reconstruction du traité perdu Sur les remèdes (Περὶ βοηθημάτων) »

12h30-14h15 – Pause déjeuner

Troisième session – Fragmentation, réécriture et commentaire

Président de session : Jean-Christophe Jolivet

14h15-14h55Fanny Cailleux, « La Res publica de Tite-Live dans les periochae : peut-on approcher le discours politique de Tite-Live à travers les « abrégés » de son Histoire romaine ? Essai de définition d’une méthodologie à travers quelques exemples »
14h55-15h35Louise Brouard, « Hérodote fragmenté : la fragmentation des Histoires dans l’œuvre de Pausanias »

15h35-15h55 – Pause

15h55-16h35Juliette Delalande, « Les stratégies herméneutiques des scholies à l’Ibis d’Ovide : une approche fragmentaire de l’oeuvre ? »

16h35-17h15 – Discussion et conclusion générales

Lecturae Ciceronis 2024 : le De inventione entre philosophie, droit et rhétorique

Colloque international

21-23 mars 2024, Sorbonne Université, Paris

Organisation

Charles Guérin (SU), Carlos Lévy (AIBL), Ermanno Malaspina (UniTo)

Comité d’organisation

Victor Carrera (Lyon 3 / Sorbonne Université), Julie Hébert (Sorbonne Université), Alessia Grillone (Sorbonne Université / Torino), Veronica Revello (Sorbonne Université / Torino)

Conseil scientifique et comité de lecture

Pierre Chiron (UPEC) Nicolas Cornu-Thénard (Paris 2-Assas) Charles Guérin (Sorbonne Université) Carlos Lévy (AIBL) Ermanno Malaspina (Torino) Marcos Martinho (São Paulo) Dario Mantovani (Collège de France) Marie-Pierre Noël (Sorbonne Université) Amedeo Raschieri (Milano) Henriette van der Blom (Birmingham)

Premier des textes cicéroniens conservés, le De inventione souffre encore trop souvent d’une réception figée qui fait exclusivement de lui un simple objet didactique, un manuel se contentant de reproduire une doctrine rhétorique dont le seul mérite serait d’être plus accessible et plus systématique que celle du De oratore. La faute principale pourrait en revenir à Cicéron lui-même qui, dans ce même De oratore, décrivait les deux livres de son premier écrit comme quae pueris aut adulescentulis nobis ex commentariolis nostris incohata ac rudia exciderunt (De orat. 1.5). Dès lors, l’Antiquité tardive pouvait bien faire du De inventione l’un des piliers de l’enseignement rhétorique, très largement diffusé et commenté dans ses moindres détails, l’avenir moderne du texte était scellé : il serait une simple source où puiser pour reconstruire, par comparaison à la Rhétorique à Herennius, l’état le plus ancien dans la doctrine latine de l’argumentation.

Rédigé entre 86 et 84 a.C., le De inuentione représente pourtant un témoin clé de la pensée cicéronienne et de son évolution : mobilisant des concepts originaux, abordant la pratique du discours sous un angle philosophique qui contraste nettement avec l’approche de l’Auctor de la Rhétorique à Herennius, exploitant des notions juridiques de façon très structurée, le De inventione offre au lecteur attentif bien plus qu’une compilation de règles didactiques : un système en devenir, situé au confluent de la philosophie, du droit et de la rhétorique, produit à un moment clé de la formation de Cicéron.

 Programme

PREMIER JOUR : JEUDI 21 MARS 2024  – Sorbonne, Salle des Actes

9h00 : Accueil des participants

09h30 : Ouverture du colloque

OBJET POLITIQUE :

Président de séance: Nicolas Cornu Thénard (Paris 2 – Assas)

09h45 : Catherine Steel (University of Glasgow)

«Cicero’s De Inuentione and the shaping of the political sphere »

10h15 : Pause

10h45 : Henriette van der Blom (University of Birmingham)

 « Cicero’s De inuentione: where is the res publica? »

11h45 : Ana Kotarcic (Université de Zurich)

 «De inuentione 2.155-176 – une carte routière vers la théorie politique de Cicéron »

11h45 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Continuer la lecture de Lecturae Ciceronis 2024 : le De inventione entre philosophie, droit et rhétorique

Présentation du projet

Mise en ligne et commentaire des scholies à l’Ibis éditées par A. La Penna

Le projet Scholib, né en 2022 dans le cadre du séminaire de recherche de Jean-Christophe Jolivet et soutenu par l’équipe de recherche ÉDITTA, est un projet collectif portant sur les scholies à l’Ibis d’Ovide. Il est porté par cinq chercheurs de l’équipe ÉDITTA : Jean-Christophe Jolivet, Juliette Delalande, Marie de Toledo, Guillemette Mérot et Caroline Richard.

Les scholies à l’Ibis d’Ovide forment un corpus méconnu et volumineux qui mérite d’être rendu accessible au plus grand nombre de chercheurs. L’étude de ces scholies participe en effet à notre connaissance de l’histoire des textes exégétiques antiques et de leur transmission : certaines d’entre elles semblent conserver la trace d’un commentaire antique, peut-être contemporain d’Ovide (Rostagni, 1920 ; Wilamowitz, 1924 ; Gatti, 2014). En outre, elles contiennent des remarques linguistiques, mythographiques ou historiques qui nous éclairent sur la culture et les intérêts des scholiastes médiévaux et sur les sources auxquelles ils pouvaient avoir accès. Toutefois, par sa complexité, sa discontinuité, et son manque de publicité, le corpus des scholies à l’Ibis est pour l’instant peu accessible et assez peu commenté.

Le projet Scholib a pour objectif de créer pour les scholies un corpus numérique composé du texte latin, de sa traduction et de ses commentaires, et de le mettre à la disposition du public en respectant les principes FAIR. Les données du corpus numérique, leur documentation ainsi que la plateforme de navigation seront hébergées par Huma-Num.

Le but de Scholib est d’une part de donner accès en ligne au texte des scholies, en prenant pour point de départ l’édition critique d’Antonio La Penna, augmentée par une nouvelle consultation des manuscrits. Un travail d’océrisation, de vérification puis d’encodage du texte latin en XML selon les standards de la TEI permettra à terme de le rendre disponible sur serveur. La mise à disposition de ce corpus de scholies permettra non seulement de donner à lire, en regard du texte latin, une traduction française et des éléments de commentaire sur les différentes scholies, mais encore de circuler aisément dans cet ensemble en fonction des intérêts de recherche de chacun. D’autre part, l’encodage proposera un système d’enrichissement du texte par un étiquetage philologique et thématique complet du corpus numérique et un repérage des entités nommées. Nous voulons ainsi faciliter une lecture interactive des scholies par un système de renvois et de classements multiples, destiné à enrichir l’exploration et la lecture du corpus, en fonction de problématiques variées.

Ce projet de formation collective aux humanités numériques et de recherche en littérature latine, auquel le public du séminaire dont il est issu sera invité à participer activement, donnera donc un accès privilégié à un corpus méconnu, susceptible d’être exploité dans des travaux à venir, qu’ils soient relatifs à Ovide et à sa réception, à la tradition exégétique latine en général, ou aux nombreux éléments mythologiques développés par les scholies.